Actualité du 18/06/2014

actualité

Les autorités compétentes sont au courant de la présence d’armes chimiques en Syrie. En effet, en octobre 2013, une attaque au gaz sarin a fait de nombreuses victimes. Ce mercredi, les enquêteurs de l’OIAC (Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques) ont confirmé la présence « systématique » du chlore comme arme chimique. Cet agent, très irritant pour les voies respiratoires, aurait été utilisé selon le Quai d’Orsay lors de quatorze attaques, depuis octobre. La Syrie n’a pas l’obligation de déclarer le chlore en tant qu’arme chimique puisque cet agent reste utilisé dans le secteur industriel. Depuis octobre 2013, la Syrie, intégrée à la convention sur l’interdiction des armes chimiques, doit voir son arsenal démanteler à travers un accord russo-américain avant le 30 juin.

Depuis le mois de mai, un bras de fer se déroule entre la plateforme de musique Youtube et les labels de musiques indépendants. La plateforme prépare un service de musique payant mais le taux de rémunérations ne convient pas aux maisons de disques indépendantes. Robert Kynccl, en charge des affaires commerciales et des contenus pour Youtube, avait d’ailleurs déclaré que si les maisons de disques ne signaient pas le contrat avec Google, alors leurs musiques seraient supprimées. Ainsi, les clips d’artistes indépendants comme Adèle et Arctic Monkeys ne seront plus disponibles d’ici peu.

L’Union Africaine réintègre l’Egypte et la Guinée-Bissau. L’Egypte avait été suspendue en juillet 2013 après le coup d’état de l’armée qui avait renversé Mohamed Morsi. Ce président avait été démocratiquement élu en juin 2012, après la destitution d’Housni Moubarak. L’Union Africaine va cependant à l’encontre de ses règles puisque le gouvernement en place reste l’armée avec à sa tête Abdel Fattah al-Sissi, et non un gouvernement démocratiquement élu comme le stipule l’union.

L'Union Africaine réintègre l'Egypte et la Guinée-Buissau

Publicités

Actualités du 24/05/2014 – 26/05/2014 (Brève)

actualité

Deux bombes ont explosé à Islamabad, capitale du Pakistan ce samedi matin. La première, à 2 heures locales (23h à Paris), visant un quartier commercial a touché deux vigiles; l’un est décédé de ses blessures à l’hôpital. La deuxième placée sous une voiture n’a fait aucun blessé. Ces attaques n’ont pas encore été revendiquées. Ces explosions interviennent après de nombreuses attaques de l’armée pakistanaise sur les rebelles talibans dans le Nord-Ouest du pays, qui ont fait au moins 75 morts. Les pourparlers de paix, amorcés cet hiver, entre les talibans et les pakistanais sont au point mort

Attentats à Islamabad, capitale du Pakistan

Le journaliste libyen Meftah Bouzid a été tué par balles, ce lundi 26 mai, dans le centre de Benghazi. Ce rédacteur en chef du journal libyen Bruniq était connu pour ses critiques envers les dijhadiste et les groupes islamistes. Il aurait ainsi reçu de nombreuses menaces suite à ses critiques. Depuis le renversement de Mouammar Khadafi en 2011, Benghazi représente un lieu d’attaques et d’assassinats surtout contre les forces de l’ordre. Les journalistes avaient été épargnés jusque là. Ces attaques ne sont pas revendiquées mais elles sont régulièrement attribuées aux islamistes radicaux.

Actualité du 16/01/2014

actualité du 10/01/2014

La France a reconnu lors d’une réunion des Nations-Unies à New-York avoir sous-estimé le conflit dans en Centrafrique. Les haines entre toutes les communautés notamment religieuses sont plus importantes que prévues, même si ces luttes ont toujours eu lieues. Cette ex-colonie française, en partie, a pris au dépourvu la France malgré les connaissances du terrain et des populations. Ces conflits religieux entraînent des grandes violences dans les rues tels que des lynchages ou du cannibalisme. Le point d’honneur est donc à présent d’empêcher les génocides dans ce pays. http://bcove.me/r09susoo

La justice s’oppose à l’euthanasie de Vincent Lambert. Ce jeune homme a été renversé par une voiture en 2008, il est à présent tétraplégique, il est hospitalisé depuis cinq ans. Le tribunal de Châlons-en-Champagne a suspendu la décision de l’hôpital de Reims de stopper son alimentation. L’avocat du neveu a dénoncé l’acharnement thérapeutique.

Actualité du 16/01/2014

Marc, un ex-employé de Veolia, a été licencié pour avoir refuser de couper l’eau à des familles démunies. Entre 2006 et 2013, il aurait freiné la coupure de près d’un millier de branchement d’arrivée d’eau selon le Monde. Le tribunal d’Avignon va se pencher sur ce sujet puisque le licenciement est contesté.

L’esclavage des temps modernes: « Les usines à bébé »

2426922_women-carry-their-children-wait-for-the-arrival-of-u-n-secretary-general-ban-ki-moon-for-the-unveiling-of-a-primary-health-care-clinic-in-dutse-makaranta-village

Le trafic d’êtres humains représente l’esclavage moderne. Les trafiquants utilisent les mêmes facteurs qu’autrefois lors de l’esclavage, c’est-à-dire la séquestration, la violence, la menace, la contrainte, l’absence de liberté … Ce trafic est présent sous différentes formes par exemple le trafic d’organes. Les victimes sont majoritairement les enfants et les femmes soumises à des sévices sexuels.

Vendredi 10 Mai 2013, un réseau d »usine à enfant a été démantelé au Nigeria. Selon un rapport de l’Union européenne, le trafic d’êtres humains y est le plus répandu. C’est dans la ville d’Umuoka que la  façade d’orphelinat ou de refuge pour femmes enceintes, la « maison Ahamefula de bébé sans mère », s’est écroulée pour laisser place à l’horreur d’un trafic d’enfants.

1368261572

La police y a retrouvé 17 jeunes filles enceintes, âgées de 14 à 17 ans, et 11 enfants en bas âge destinés à la vente. Ces femmes enceintes d’un seul homme de 23 ans déclarent n’avoir été nourries qu’une fois par jour et ne pouvoir quitter la maison. Elles auraient récupéré entre 25 000 et 30 000 nairas selon le sexe de leur bébé,  (c’est-à-dire moins de 150 euros) .  La femme ayant organisé ce trafic est toujours en fuite et le jeune homme est en prison.

Ce phénomène « d’usine à bébé » existait déjà auparavant puisqu’en mai 2011 et en octobre 2011, 49 jeunes filles ont été libérées par la police. Cette pratique de trafic d’enfants est très courante au Nigeria et dans une dizaine de pays d’Afrique. C’est en 2008, que les raids de police ont pu découvrir ces « usines à bébé » ou ces « élevages d’enfants ». Nombreuses de ces affaires doivent être traitées dans les tribunaux nigériens. Ce trafic fournissait des pédophiles ou des exploitations de mines et agricoles.

5766397-nigeria-17-jeunes-femmes-liberees-d-une-usine-a-bebes