Une Chine furieuse face à la rencontre entre Barack Obama et le Dalaï-Lama (Brève)

Une Chine furieuse face à la rencontre entre Barack Obama et le Dalaï-Lama

En ce vendredi 21 février 2014, la Chine a appelé les États-Unis à renoncer à la rencontre entre le Dalaï-Lama et le président Barack Obama. Le gouvernement chinois suite à cette demande à annoncer que dans le cas contraire « des conséquences négatives graves » pourraient s’ingérer dans la relations sino-américaines.

Les États-Unis reconnaissent que le Tibet appartient à la Chine, et en signe de concession cette entrevue sera fermée à la presse et se déroulera dans la « Salle des cartes » et non dans le bureau ovale de la Maison Blanche. Barack Obama a précisé qu’il voyait le Dalaï-Lama « en tant que leader religieux et culturel respecté internationalement ».

Le Dalaï-Lama, prix nobel de la paix, ne s’oppose pas à ce que le Tibet reste sous la tutelle chinoise mais réclame davantage d’autonomie de cette région. Pour le gouvernement chinois il est présenté comme un « dangereux séparatiste ». Le problème de la répression par les chinois sur la religion au Tibet reste très présent.

Publicités

Une poignée de main : signe d’un rapprochement entre Cuba et les États-Unis ?

 une-poignee-de-main-signe-dun-rapprochement-entre-cuba-et-les-etats-unis

Une poigne de main historique entre Raul Castro et Barack Obama marque la cérémonie rendue à Nelson Mandela, ce mardi. Ce geste n’est peut être pas un signe anodin et témoigne d’une nouvelle volonté de rapprochement.

Des évènements qui ont séparé ces deux pays

Les hostilités mutuelles ont toujours été présentes depuis les années 60. Cuba a été inscrit sur la liste des pays soutenant le terrorisme par les américains. En 1962, les américains avaient mis en place un embargo commercial et financier sur Cuba. Ce geste pourrait donc faire renaître les relations entre ces deux pays.

 Un nouveau départ dans les relations diplomatiques

Ce symbole a été vu comme un rapprochement entre les deux pays qui ont rompu leurs relations diplomatiques officielles en 1961. Selon les analystes, c’est un nouveau pas pour le réchauffement entre les deux pays. Le politologue Esteban Morales a exprimé à l’AFP que « c’est extraordinairement symbolique, et il ne faut pas perdre cette opportunité, maintenant, le prochain pas, c’est de commencer à discuter ». Les deux pays seraient-ils prêts à négocier ? Barack Obama avait annoncé le 9 novembre 2013 vouloir un nouveau départ avec Cuba. La Maison Blanche a annoncé que cette poignée de main n’était pas prévue, ce n’est donc pas un geste diplomatique mais spontané.

Un événement à ne pas extrapoler

« Il ne faut pas exagérer une poignée de main » explique Arturo Perez-Levy à l’AFP. En effet, Fidel Castro et Bill Clinton s’étaient salués en 2000 sans que cela n’ait de conséquence et de rapprochement entre les deux pays. Ils s’étaient adressés quelques mots mais « rien de concret ».

une-poignee-de-main-signe-dun-rapprochement-entre-cuba-et-les-etats-unis

 

 

Aussi disponible sur Radio VL : http://www.radiovl.fr/une-poignee-de-main-signe-dun-rapprochement-entre-cuba-et-les-etats-unis/