Libye : De nouveaux affrontements (Brève)

la-faculte-d-ingenierie-de-benghazi-libye-touchee-par-des-bombardements-le-1er-juin-2014_4911303

Un affrontement, ce lundi 2 juin, entre les groupes islamistes et les forces armées a fait 10 morts, dont 8 soldats et deux civils, et une quinzaine de blessés à Benghazi. Les forces armées se présentent loyales à un général dissident nommé Khalifa Haftar. Depuis sa campagne du 16 mai, ce général, qui se présente comme le chef de « l’Armée nationale libyenne », multiplie les raids aériens contre les extrémistes.

« Dignité » : sa campagne pour éradiquer « les groupes terroristes » dans l’est du pays a déjà fait au moins 76 morts. Selon le colonel Saad Al-Werfelli, commandant de la base aérienne de Benghazi, les groupes islamistes dont Ansar al-Charia, ont attaqué un camp militaire à l’arme lourd. Ce même camp avait exprimé son appui au général Haftar. Ancien officier de Moummar Kadhafi, ses ennemis l’accusent de vouloir conquérir le pouvoir.

 

Photographie : La faculté d’Ingéniérie de Benghazi (Libye), touchée par des bombardements, le 1er juin 2014 / afp.com/Abdullah Doma

Publicités

Actualités du 24/05/2014 – 26/05/2014 (Brève)

actualité

Deux bombes ont explosé à Islamabad, capitale du Pakistan ce samedi matin. La première, à 2 heures locales (23h à Paris), visant un quartier commercial a touché deux vigiles; l’un est décédé de ses blessures à l’hôpital. La deuxième placée sous une voiture n’a fait aucun blessé. Ces attaques n’ont pas encore été revendiquées. Ces explosions interviennent après de nombreuses attaques de l’armée pakistanaise sur les rebelles talibans dans le Nord-Ouest du pays, qui ont fait au moins 75 morts. Les pourparlers de paix, amorcés cet hiver, entre les talibans et les pakistanais sont au point mort

Attentats à Islamabad, capitale du Pakistan

Le journaliste libyen Meftah Bouzid a été tué par balles, ce lundi 26 mai, dans le centre de Benghazi. Ce rédacteur en chef du journal libyen Bruniq était connu pour ses critiques envers les dijhadiste et les groupes islamistes. Il aurait ainsi reçu de nombreuses menaces suite à ses critiques. Depuis le renversement de Mouammar Khadafi en 2011, Benghazi représente un lieu d’attaques et d’assassinats surtout contre les forces de l’ordre. Les journalistes avaient été épargnés jusque là. Ces attaques ne sont pas revendiquées mais elles sont régulièrement attribuées aux islamistes radicaux.