Actualité du 05/04/2014

actualité

Un tremblement de terre de magnitude 5,4, selon un institut américain, a touché le sud-ouest de la Chine. Selon les autorités, il n’y aurait que 10 blessés dont 2 graves. Des maisons se sont effondrées et des axes routiers coupés mais les dégâts ne sont pas très importants. Ce séisme a touché le sud-ouest de la Chine à 6h40, heure locale (00h40 à Paris). Le barrage hydroélectrique de Xiluodu, un des plus hauts du monde, qui se trouve dans la région, a réussi à redémarrer normalement, sans problème majeur.

Un bébé de 9 mois a été accusé de tentative de meurtre, avec sa famille, au Pakistan. Mohammad Musa avait été arrêté, début février, avec sa famille pour “avoir lancé des pierres” à des représentants d’une compagnie de gaz qui menaient une opération afin de traquer les personnes piratant les compteurs de gaz.Le policier qui a soupçonné l’enfant et qui l’a obligé à comparaître devant les tribunaux a été suspendu. L’avocate et la famille s’insurgent devant cette accusation puisque l’âge minimum requis pour être accusé de meurtre est passé de 7 à 12 ans. L’enfant a ensuite été libéré sous caution, et doit comparaître devant les tribunaux dans une semaine.

un-bebe-pakistanais-de-9-mois-accuse-de-tentative-de-meurtre-1_4870595

La France a annoncé qu’elle annulait sa participation aux commémorations du 20ème anniversaire du génocide rwandais après les accusations du président du Rwanda Paul Kagame. Il accuse la France, lors d’une interview pour Jeune Afrique, d’avoir participé aux massacres de 1994 par la présence des soldats de l’opération militaro-huminitaire Turquoise qui auraient été « acteurs » de ces massacres. Accusant le « rôle direct de la Belgique et de la France », le président rwandais explique que les rescapés du massacre de Bisesero ont montré les soldats comme acteurs. Dans ce village les soldats français auraient retardé de « trois jours le sauvetage de près de 2.000 survivants afin de laisser le temps aux tueurs de les achever ».

Publicités

Actualité du 10/01/2014

actualité du 10/01/2014

Les popes russes veulent interdire l’homosexualité et organiser une consultation populaire. Ils souhaitent punir les homosexuels d’internement. Le porte-parole de l’Eglise orthodoxe Vsevolod Tchapline, lors d’une interview au quotidien Izvesta, a exprimé son point de vue : « je suis convaincu que de telles relations sexuelles doivent être complètement exclues de la vie de notre société ». Un « ancien » prêtre orthodoxe russe Ivan Okhlobytine a publié sur Twitter une lettre ouverte à Vladimir Poutine afin que le président mette en place un référendum et une législation pénalisant ces orientations sexuelles. La population russe reste hostile aux homosexuels. Jusqu’en 1993, cette orientation était condamnée de huit ans de prison et jusqu’en 1999 elle était considérée comme une maladie mentale, selon Libération.

François Hollande est soupçonné d’avoir une maîtresse, une actrice, Julie Gayet. Ce sujet a fait la une d’un magazine people très connu, Closer. La nouvelle est tombée ce soir, le magazine féminin doit retirer l’article de son site web, à la demande de l’avocat de l’actrice. Cependant Closer est sûr de son information. François Hollande a annoncé prendre des suites judiciaires.

Actualité du 10/01/2014

Le président de remplacement de Centrafrique Michel Djotodia a démissionné. Il avait été accusé par le comité international d’être passif face aux violences interreligieuses qui dévastent le pays. Quatre blindés français ont ensuite pris position au palais présidentiel, selon Libération.

L’Inde contraint le départ d’un diplomate américain de l’ambassade de New Delhi. Depuis l’arrestation d’une consul indienne à New York inculpée pour fraude aux visas et fausses déclarations des rémunérations de son employé de maison, elle a été expulsée des États-Unis jeudi. Elle ne pourra plus obtenir de visa, même étant mariée à un américain, et elle sera arrêtée si elle revient sur le territoire. Les tensions sont toujours présentes entre les deux pays. L’expulsion du diplomate américain d’Inde est donc une réponse à la décision des États-Unis.

Un ancien SS a été inculpé pour avoir participé au massacre d’Oradour-sur-Glane en Juin 1944. Cependant il nie en expliquant avoir sauvé la vie de deux femmes, n’étant qu’à la surveillance des véhicules. Selon le Figaro, Werner C. déclare : « Pendant qu’on rassemblait les habitants du village sur la place du marché, ces femmes sont sorties de la forêt. Je leur ai dit de retourner dans les bois ». Néanmoins selon le procureur Andreas Brendel, d’autres informations ont été retrouvées qui sont contradictoires. (voir actualité du 09/01/2014).

La Syrie, un conflit qui divise le monde

image

Les conflits présents au sein de la Syrie

La complexité de ce conflit ne peut pas être pris à la légère. Cet espace géographique, comme l’explique Ouest-France, est en proie à trois sortes de conflits : la guerre civile syrienne contre le gouvernement de Bachar Al-Assad, le problème entre les sunnites et les chiites et l’influence russo-américaine très présente sur le territoire.

Une question qui fâche

Les États-Unis et la France, lors du G20, ont pris position de vouloir intervenir contre le régime de Bachar Al-Assad, au détriment de preuve. Ces deux puissances doivent se heurter au reste du monde notamment au veto de la Russie et de la Chine qui depuis deux ans bloquent toute condamnation du régime syrien.

Chaque pays prend position en mettant en avant ses intérêts personnels et économiques puisque par exemple le problème syrien affecte l’économie pétrolière. La Russie, deuxième producteur de pétrole au monde, en bloquant l’offensive des américains et des français, augmente ses prix et ses échanges pétroliers car le conflit empêche les pays arabes de vendre leur pétrole. (Métro)

Aucune avancée n’a donc été présentée lors du G20 face aux divergences russo-américaines qui ont réouvert les plaies d’une « guerre  froide » pas si lointaine. Le monde entier est touché par ce conflit qui prend de plus en plus d’ampleur au fil du temps. Cependant peu de pays souhaitent une intervention ; tels que le Brésil, l’Argentine, l’Inde, L’Afrique du sud, le Mexique… Cela semblerait aggraver une situation déjà assez complexe aux yeux du monde, et il pourrait y avoir une « violation du droit international et de la charte de l’ONU » sans la présence de preuves tangibles. Seule une intervention par le biais de l’ONU semble possible.

Bachar Al-Assad confiant et menaçant

Bashar Assad

Bachar Al-Assad confiant, notamment grâce à l’appui de la Chine et la Russie, avait déclaré « si les américains et les français ou les britanniques disposaient d’une seule preuve ils l’auraient montré dès le premier jour » (Libération) après avoir été accusé d’utiliser des armes chimiques.  « Quiconque accuse doit donner des preuves. Nous avons défié les Etats-Unis et la France d’avancer une seule preuve. MM. Obama et Hollande en ont été incapables, y compris devant leurs peuples » a-t-il ensuite ajouté. Le représentant syrien a finalement décidé de placer toutes armes chimiques sous contrôle international après un arrangement avec la Russie et non pas face à « la menace américaine » (télévision russe).

Dans cette tourmente médiatique, Bachar Al-Assad a menacé et mis en garde notamment la France, si celle-ci devait intervenir sur le territoire syrien. Il pourrait en effet y avoir des « propagation du terrorisme en France ». Dans une interview pour le Figaro, le président syrien a clairement déclaré son opposition à la volonté française d’intervenir :« le peuple français n’est pas notre ennemi mais dans la mesure où la politique de l’Etat français est hostile au peuple syrien, cet Etat sera son ennemi ».

Une aide paradoxale ?

L’un des rapports de L’ONU (15 mai-15 juillet) mettait en lumière le problème des massacres récurrents présents dans le camp des rebelles comme dans celui des forces syriennes. Il semble impossible de pouvoir aider ni l’un ni l’autre selon les critères mis en avant. En effet, les exécutions sommaires, les prises d’otages et les bombardements de zones civiles des rebelles rappellent les massacres de civils, les bombardements d’hôpitaux et les crimes de guerre des forces syriennes. Peut-on vraiment choisir lequel des camps mérite le plus d’aide de l’extérieur en continuant ses méthodes sanguinaires ? Faut-il vraiment porter un jugement sur les actions des forces syriennes et oublier celles des rebelles ?

syrie-armes-chimiques

Il faudra cependant attendre le lundi 16 septembre 2013, le rapport de l’ONU sur les armes chimiques et qui est l’auteur de cette attaque barbare pour connaître l’issu des pourparlers, de l’intervention franco-américaine et ainsi du conflit. Faudra-il intervenir en Syrie si le rapport de l’ONU ne met pas en avant une attaque chimique par le gouvernement syrien lui-même ?