Actualité du 12/02/2014

actualité du 10/01/2014

José Salvador Alvarenga qui a dérivé plus d’un an est arrivé dans son Salvador natal. Il avait quitté le Mexique le 24 décembre 2012 afin d’aller pêcher le requin avec un jeune de 15-18 ans nommé Xiquel. Des vents forts les ont éloignés des côtes et leurs ont fait perdre leur point de repère. Apparaissant dans une chaise roulante, rasé, et cheveux courts à la descente de l’avion, il a pu retrouver deux de ses cousines accompagnées de journalistes de l’AFP. Il a ensuite été conduit à l’hôpital. Il n’avait pas revu ses proches depuis 8 ans, il les a donc enlacés dans son lit d’hôpital. Son père Ricardo Orellano, sa mère Maria Julia Alvarenga et sa fille de 14 ans Fatima ont retrouvé José Salvador qui avait quitté lundi 10 février 2014 les îles Marshall où il avait échoué.

619281-le-naufrage-salvadorien-jose-salvador-alvarenga-a-son-arrivee-a-l-aeroport-de-san-luis-talpa-le-11-f

Un journaliste, Djamel Ghanem, de La Voie de l’Oranie est accusé « d’outrage au président » et de lèse-majesté pour avoir fait une caricature d’Abdelaziz Bouteflika. Celle-ci est constituée de deux personnages parlant de la maladie du chef de l’État et faisant allusion à son quatrième mandat. Ce dessin n’était pas destiné à être publié et ne l’a pas été. Il semblerait que la plainte ait été déposée en octobre 2013 par ses employeurs. Le journaliste les avait déjà conduit en justice pour « salaires impayés ». Pour son avocat Youcef Dilem cette attaque en justice de la part de l’employeur « est une première mondiale ». La peine requise est de 18 mois de prison et une amende de 30 000 dinars (soit environ 300 euros) devant le tribunal correctionnel d’Oran. Le verdict sera prononcé le 4 mars 2014.

Un Robinson Crusoé moderne : le naufragé du Pacifique de retour à la civilisation

Un Robinson Crusoé moderne : le naufragé du Pacifique de retour à la civilisation

José Salvador Albarengo, le nouveau Robinson Crusoé de l’époque moderne, âgé de 37 ans, s’est échoué jeudi sur l’atoll d’Elbon, entre Hawaï et l’Australie. Il a été rapatrié lundi à Majuro, capitale des Îles Marshall, où il a retrouvé la civilisation amassée curieusement autour de ce personnage aux cheveux longs et à la barbe hirsute.

Ce miraculé de l’océan a expliqué à l’ambassadeur américain Thomas Ambruster être originaire du Salvadore et de vivre depuis 15 ans au Mexique où il est employé de pêche de la société « Comaronera de la Costa ». Cet homme aurait dérivé plus d’un an sur son bateau de 7 mètres de long sans nourriture et eau.

Il avait quitté le Mexique le 24 décembre 2012 afin d’aller pêcher le requin avec un jeune de 15-18 ans nommé Xiquel. Des vents forts les ont éloignés des côtes et leurs ont fait perdre leur point de repère. José Salvador explique s’être nourri de tortues, de poissons, d’oiseaux et mêmes de petits requins afin de pouvoir survivre. Sa boisson se constituait majoritairement par la pluie, lorsque les précipitations manquaient il buvait du sang de tortue. Son jeune compagnon de voyage, faute de pouvoir se nourrir de viande crue d’oiseaux est mort de faim. Ses proies étaient attrapées à mains nues, sa seule arme était un couteau. Une carapace de tortue a été découverte dans son embarcation de fortune. « Pendant 4 jours j’ai voulu me suicider. Je n’ai pas pu le faire », se tournant vers la prière l’espoir ne l’a pas quitté.

Ce naufragé a été retrouvé dans un état physique et mental très fragile, vêtu de sous-vêtements usés, très amaigri et avec une tension artérielle basse. Épuisé physiquement, un infirmier devait le tenir dans sa marche. Cet homme souriant à la foule curieuse amassée devant lui, n’a qu’une volonté : rentrer au Mexique, « je ne me sens pas bien. Je ne sais ni où je suis ni ce qui s’est passé ». Ne parlant qu’espagnol, et pas un mot d’anglais, ce miraculé, perdu, a dût s’exprimer avec des gestes ou des dessins avant que l’interprète n’arrive. Il a ensuite été conduit à l’hôpital dès son arrivée pour des examens complémentaires afin d’être fixé sur la santé de ce Robinson Crusoé des temps modernes.