Actualité du 19/12/2013

1342512901_91152

Les journalistes chinois devront dès à présent passer une « épreuve d’idéologie » afin de pouvoir garder leurs cartes de presse.  Cet examen portera sur des connaissances du communisme. Cette nouvelle volonté du gouvernement chinois menace aussi les reporters de médias étrangers selon le Figaro.

 

Vladimir Poutine a gracié son opposant Mikhaïl Khodorkovski. Cette « bonne action » se cumule à l’amnistie dont ont bénéficié les Pussy Riot et les membres de Greenpeace. Poutine a-t-il une image à redorer avant les Jeux Olympiques ? De nombreux chefs d’état, tels que François Hollande, ont décidé de ne pas participer aux cérémonies d’ouverture et de boycotter ces jeux face aux actions jugées « immorales » de ce dirigeant. 

Actualité du 19/12/2013

Depuis dimanche, plus de 500 000 personnes sont décédées pendant des conflits localisés, au Soudan du Sud. L’ancien vice-président a ensuite appelé à renverser le président Salva Kiir. Ces conflits vont-ils se généraliser ? Une crainte d’une guerre civile de plus en plus grandissante se fait ressentir. 

Un pédophile a été arrêté en Espagne … grâce à son cambrioleur. En effet, ce dernier en pénétrant dans la sa demeure  a découvert les preuves de sa pédophilie. 

Publicités

L’esclavage des temps modernes: « Les usines à bébé »

2426922_women-carry-their-children-wait-for-the-arrival-of-u-n-secretary-general-ban-ki-moon-for-the-unveiling-of-a-primary-health-care-clinic-in-dutse-makaranta-village

Le trafic d’êtres humains représente l’esclavage moderne. Les trafiquants utilisent les mêmes facteurs qu’autrefois lors de l’esclavage, c’est-à-dire la séquestration, la violence, la menace, la contrainte, l’absence de liberté … Ce trafic est présent sous différentes formes par exemple le trafic d’organes. Les victimes sont majoritairement les enfants et les femmes soumises à des sévices sexuels.

Vendredi 10 Mai 2013, un réseau d »usine à enfant a été démantelé au Nigeria. Selon un rapport de l’Union européenne, le trafic d’êtres humains y est le plus répandu. C’est dans la ville d’Umuoka que la  façade d’orphelinat ou de refuge pour femmes enceintes, la « maison Ahamefula de bébé sans mère », s’est écroulée pour laisser place à l’horreur d’un trafic d’enfants.

1368261572

La police y a retrouvé 17 jeunes filles enceintes, âgées de 14 à 17 ans, et 11 enfants en bas âge destinés à la vente. Ces femmes enceintes d’un seul homme de 23 ans déclarent n’avoir été nourries qu’une fois par jour et ne pouvoir quitter la maison. Elles auraient récupéré entre 25 000 et 30 000 nairas selon le sexe de leur bébé,  (c’est-à-dire moins de 150 euros) .  La femme ayant organisé ce trafic est toujours en fuite et le jeune homme est en prison.

Ce phénomène « d’usine à bébé » existait déjà auparavant puisqu’en mai 2011 et en octobre 2011, 49 jeunes filles ont été libérées par la police. Cette pratique de trafic d’enfants est très courante au Nigeria et dans une dizaine de pays d’Afrique. C’est en 2008, que les raids de police ont pu découvrir ces « usines à bébé » ou ces « élevages d’enfants ». Nombreuses de ces affaires doivent être traitées dans les tribunaux nigériens. Ce trafic fournissait des pédophiles ou des exploitations de mines et agricoles.

5766397-nigeria-17-jeunes-femmes-liberees-d-une-usine-a-bebes